En savoir + sur les dauphins
16146
page,page-id-16146,page-template,page-template-full_width-php,ajax_fade,page_not_loaded,,,qode-theme-ver-5.9,wpb-js-composer js-comp-ver-4.3.4,vc_responsive

Les dauphins

EN SAVOIR PLUS SUR LES DAUPHINS

Il existe de très grandes variétés de dauphins dans le monde:

Dauphin à bec blanc – voir Dauphin à nez blanc
Dauphin à bec de Peale – voir Dauphin de Peale
Dauphin à bosse indo-pacifique – Sousa chinensis
Dauphin à dos lisse – voir Dauphin à dos lisse boréal
Dauphin à dos lisse boréal – Lissodelphis borealis
Dauphin à dos lisse du Japon – la sous-espèce Lissodelphis borealis albiventris
Dauphin à flancs blancs – Lagenorhynchus acutus4,5 et Lagenorhynchus obliquidens
Dauphin à flancs blancs du Pacifique – Lagenorhynchus obliquidens
Dauphin à gros nez ou Dauphin à grand nez – voir Grand dauphin
Dauphin à nez blanc – Lagenorhynchus albirostris
Dauphin à long bec – voir Dauphin longirostre
Dauphin aptère austral – Lissodelphis peronii
Dauphin blanc – Delphinapterus leucas
Dauphin blanc de Chine – Sousa chinensis
Dauphin bleu – voir Dauphin bleu et blanc
Dauphin bleu et blanc – Stenella coeruleoalba
Dauphin Burrunan – Tursiops australis
Dauphin commun – Delphinus delphis
Dauphin commun à bec large – voir Dauphin commun à long bec
Dauphin commun à long bec – Delphinus capensis
Dauphin commun d’Arabie – Delphinus tropicalis
Dauphin commun de la mer d’Oman – voir Dauphin commun d’Arabie
Dauphin d’eau douce – Platanistidae
Dauphin d’eau douce de Chine – Lipotes vexillifer
Dauphin d’Hector – Cephalorhynchus hectori
Dauphin Fadin – voir Dolfini Fadini
Dauphin d’Inde ou Dauphin indien – Sousa plumbea
Dauphin de Bornéo – voir Dauphin de Fraser
Dauphin de l’Amazone – Inia geoffrensis et Sotalia fluviatilis
Dauphin de Chine – Lipotidae
Dauphin de Clymène – Stenella clymene
Dauphin de Commerson – Cephalorhynchus commersonii
Dauphin de Fitzroy – voir Dauphin sombre
Dauphin de Fraser – Lagenodelphis hosei
Dauphin de Gill – voir Dauphin à flancs blancs du Pacifique
Dauphin de Heaviside – Cephalorhynchus heavisidii
Dauphin de l’Indus – Platanista minor
Dauphin de l’Irrawaddy – Orcaella brevirostris
Dauphin de Peale – Lagenorhynchus australis
Dauphin de Peron – Lissodelphis peroni
Dauphin de la Plata – Pontoporia blainvillei
Dauphin de Risso – Grampus griseus
Dauphin du Cameroun – Sousa teusz
Dauphin du Chili – Cephalorhynchus eutrop
Dauphin du Gange – Platanista gangetica
Dauphin douteux – voir Dauphin tacheté pantropical
Dauphin fluviatil de Chine – Lipotes vexillifer
Dauphin gris – voir Dauphin de Risso
Dauphin longirostre – Stenella longirostris
Dauphin noir – voir Dauphin noir du Chili
Dauphin noir du Chili – Cephalorhynchus eutropia
Dauphin pilote – Globicephala melaena
Dauphin rayé – Stenella coeruleoalba
Dauphin sablier – Lagenorhynchus cruciger
Dauphin sombre – Lagenorhynchus obscurus
Dauphin tacheté – Stenella
Dauphin tacheté de l’Atlantique – Stenella frontalis
Dauphin tacheté pantropical – Stenella attenuata
Dauphin vrai – Delphinidae
Grand dauphin – Tursiops truncatus

Le terme « Dauphin » désigne en français de nombreux cétacés à dents (odontocètes) de moins de cinq mètres généralement dotés d’un rostre long même si l’espèce la plus familière de dauphins, celle que l’on trouve en majorité dans les delphinariums, est le grand dauphin, dont le nom signifie en latin « à nez tronqué ». Les espèces concernées sont :

plusieurs espèces de la famille des Delphinidés qui inclut aussi les orques ;
les Delphinoïdes et les dauphins d’eau douce vivant dans les fleuves d’Asie ou d’Amérique du Sud.
Sous le terme dauphin, on regroupe beaucoup d’espèces très différentes, aussi bien au niveau comportemental qu’au niveau physique aussi les généralités propres à tous les dauphins sont communes à tous les odontocètes, appelés « dauphins » ou non.

Certains cétacés sont parfois appelés incorrectement « dauphins » par exemple ceux avec un rostre court ou à peine existant tels que le narval et le béluga, deux animaux plus grands que les dauphins classiques, mais surtout les marsouins qui sont, eux, beaucoup plus petits.

Le dauphin est social.

Parce que les ressources alimentaires des dauphins sont très dispersées à la fois dans le temps et dans l’espace, tout particulièrement pour les populations vivant dans des zones où les immenses bancs de poisson sont rares, une même communauté de dauphins va se scinder en petits sous-groupes qui vont changer de composition d’un jour sur l’autre ou même parfois au cours d’une même journée. Chacun de ces sous-groupes va partir chasser dans une zone différente du territoire, un moyen de réduire la compétition. On observe le même type d’organisation sociale chez les chimpanzés et les singes araignées (atèles).

Les dauphins comptent parmi les espèces animales les plus sociales et chaque individu va tisser un important réseau relationnel au sein de sa communauté. Et ce, d’autant plus que les individus ont tendance à rester dans le groupe où ils sont nés. Les dauphins exhibent en effet une philo patrie des deux sexes, cas relativement rare chez les mammifères. Cependant, quelques mâles émigrent toutefois à l’âge adulte et intègrent d’autres communautés. Certains liens que l’on peut qualifier d’amitié, dureront toute une vie. Ainsi, ces mâles qui forment des duos, parfois des trios d’une solidité à toute épreuve ‘jusqu’à ce que la mort les sépare’. Le survivant n’aura alors de cesse de chercher un nouveau partenaire pour combler sa solitude. Quant aux femelles, elles s’associent en bandes entretenant, outre des liens affectifs profonds, des liens de parenté parfois sur 4 générations successives. Ces liens affectifs se traduisent par moult caresses, une entraide lorsqu’il s’agit de protéger ses jeunes face à d’éventuels prédateurs pour les femelles et des déplacements et comportements synchronisés. Briser ces liens complexes et extraordinairement forts peut s’avérer fatal au dauphin en induisant stress, ennui et comportements d’automutilation.

Les dauphins sont intelligents.

Les dauphins possèdent un cerveau très volumineux constitué de deux hémisphères et d’une complexité similaire à celle du cerveau humain. Il comprend notamment une aire de Broca et une aire de Wernicke, tous deux responsables du traitement du langage chez l’homme. De fait, les dauphins possèdent une très bonne mémoire et sont capables comme les grands singes d’user de catégories mais aussi d’apprendre des langages artificiels à partir de symboles comme le démontrent plusieurs recherches en éthologie cognitive. En milieu sauvage, les dauphins, et de manière générale tous les cétacés, possèdent un système de communication extrêmement complexe, reflet de leurs capacités cognitives particulièrement exacerbées.

Les dauphins sont les seuls cétacés sauvages connus pour user d’outils. Les femelles de la communauté de grands dauphins de Shark Bay, en Australie, chassent en s’aidant d’une éponge naturelle qu’ils placent au bout de leur rostre. Tel un gant protecteur, cet outil leur permet de fouiller le fond marin à la recherche de proies sans se blesser. Les chercheurs ont constaté au travers d’une étude génétique que cette innovation comportementale s’était transmise de mère en fille et ce, sur plusieurs générations. Il convient dès lors de parler de tradition ou de comportement culturel pour cette utilisation d’outils, de la même manière que pour les chimpanzés ou les orangs-outans. Parce que les mâles favorisent la chasse coopérative de bancs de poissons au détriment de la fouille solitaire des fonds marins, beaucoup plus chronophage, ils ont rarement été observés en train de manipuler cet outil.

Des expériences ont démontré que les dauphins savent utiliser un miroir, comme les grands singes, afin d’inspecter des parties de leur corps qui leur sont invisibles de prime abord. Cette capacité à reconnaître son image dans un miroir est intimement liée à la conscience de soi. Diverses études en cours s’attachent à démontrer que les dauphins en plus de posséder une conscience de soi sont également capables d’attribuer des états mentaux aux autres et donc sujets à l’empathie.

Vision, toucher et ouïe constituent les piliers du système de communication des delphinidés. Seul l’odorat est très peu développé et utilisé. Très tactiles, les dauphins se frottent et se caressent souvent, transmettant quantité d’informations sur leur état émotionnel et sur leurs affinités sociales par le biais de très nombreux récepteurs sensoriels sous la peau, tout particulièrement au niveau du rostre, des yeux, de l’évent et des parties génitales. Leurs yeux comportent un tapetum lucidum, une membrane située derrière la rétine et qui fonctionne comme un réflecteur de lumière.